Bilan des travaux de la Commission des études

Par Stéfanie Martin

Au terme de la présente année scolaire, dix réunions de la Commission des études en auront rassemblé les membres. Tout au long de l’année, Mathieu Cormier, directeur des études, nous a tenus informés des divers projets du Collège, et la Commission des études a eu à discuter d’un certain nombre de dossiers qui reviennent annuellement. Quelques sujets particuliers ont également retenu l’attention.

Au chapitre des informations, Mathieu Cormier nous a régulièrement tenus au courant du nombre d’étudiants inscrits dans notre collège, rappelant que le secteur régulier, à la demande du MELS et moyennant contribution, avait admis 100 étudiants de plus à l’automne 2010. Dans la région de Montréal, de nombreux étudiants admissibles n’avaient pas trouvé de place, et le ministère a ainsi sollicité certains cégeps. La même demande a été acheminée en vue de l’automne 2011, mais Mathieu Cormier a fait savoir au MELS que le cégep de Saint-Laurent ne pouvait ouvrir de nouvelles places. D’autres cégeps montréalais pourront contribuer. Il va de soi que le manque d’espace physique au cégep constitue certainement une limite. Cependant, sur ce plan, la Commission des études a reçu favorablement la nouvelle de la relocalisation d’une partie de la formation continue dans un immeuble de Pointe-Saint-Charles, ainsi que l’ouverture de quatre nouvelles classes dans le pavillon E dès l’automne 2011 (suite au réaménagement de la garderie). Quant à la salle Émile-Legault, les travaux de rénovation s’achèvent en vue d’une inauguration à l’automne.

Mathieu Cormier a également présenté quelques projets en développement au niveau des programmes d’étude : DEC bilingue en Sciences de la nature ou Sciences humaines, conjoint avec Vanier (prévu pour l’automne 2012) et nouveau programme en Technique de scène. Dans les deux cas, les dossiers sont à l’étude au MELS, mais les dernières nouvelles sont positives. Par ailleurs, le Collège suit le dossier du processus d’optimisation des programmes techniques par le MELS, qui pourrait toucher certains programmes au cégep de Saint-Laurent. Localement, la Commission des études a adopté des modifications à plusieurs grilles de cours dans les programmes du secteur régulier (Cinéma et communication, Danse, Techniques d’intervention en loisir, Musique, Sciences pures et de la santé et Sciences humaines PM), ainsi que deux devis d’évaluation de programme (Sciences humaines et Arts plastiques). Le rapport d’évaluation du programme de Soins infirmiers a été adopté par la Commission des études, bien que certains membres y aient relevé plusieurs erreurs ou maladresses, déplorant du même coup que soit remis un document qui n’avait sans doute pas été révisé avec assez d’attention. Enfin, du côté de la formation continue, deux programmes d’AEC ont été présentés à la Commission des études : un nouveau programme en Service-conseil en immigration (en collaboration avec Vanier) et une nouvelle mouture du programme en Commande numérique.

Des modifications au Règlement intérieur relatif aux études ont été l’objet d’une présentation lorsd’une réunion de la Commission des études en début d’année. Notre règlement était l’un des plus sévères dans le réseau, et des assouplissements étaient devenus nécessaires. Ceux-ci ont été bien reçus par les membres. À la rentrée de la session d’hiver, ce sont des modifications au Code de conduite sur l’utilisation des ressources technologiques qui ont été exposées. Bien que le document modifié ait été adopté par la Commission des études, certains professeurs ont regretté, avec le recul, que le document ait été l’objet d’une réunion en pleine période de rentrée scolaire : les professeurs membres de la CE ont en effet eu peu de temps pour bien étudier ce dossier et déplorent la précipitation avec laquelle il leur a fallu traiter ce point.

En fin d’année, ce sont trois sujets qui ont retenu l’attention. D’abord, les résultats d’une étude qui montre que les étudiants qui fréquentent les cégeps francophones montréalais ont des taux de réussite, de persévérance et de diplomation moins élevés que ceux des cégeps francophones du Québec nous ont été présentés. Plusieurs facteurs peuvent expliquer cette situation, mais elle nous oblige à réfléchir aux conditions de réussite de nos propres étudiants et à envisager, à moyen terme, quelques pistes de solutions. À cet égard, il a été suggéré de revenir aux questionnements sur la réussite des garçons, toujours problématique.

C’est ensuite l’épineux dossier de l’intégration des élèves ayant des besoins particuliers été discuté au printemps, d’aucuns d’ailleurs qu’on y vienne si tard étant donné la puisse aller de l’avant avec le financement de la lourdeur des problèmes posés par la présence, de plus en plus grande, de ces étudiants.

Mathieu Cormier a ainsi, dans un premier temps, proposé un court document constitué de balises, qui ont été discutées et modifiées. Une deuxième version, transformée en Principes quant à l’application des mesures d’accommodement pour les étudiants ayant des besoins particuliers et bonifiée par les échanges en Commission des études, a finalement été adoptée en mai. Les membres ont été nombreux, toutefois, à demander une politique, ainsi qu’un éventuel guide pour que professeurs et étudiants puissent mieux s’y retrouver. Plusieurs interventions allaient d’ailleurs dans le même sens : les principes adoptés ne sont d’un début, et une grande partie du travail est à venir pour clarifier le fonctionnement et le rôle du SAIDE.

Enfin, le dernier document présenté à la Commission des études a été la Plan stratégique de recherche. Le Collège doit fournir ce document dans des délais serrés afin d’obtenir du financement pour les projets de recherche. Le document qui a été présenté à la Commission des études a soulevé plusieurs questions des professeurs, d’abord en raison des nombreuses fautes, mais aussi en raison d’un certain malaise dans l’orientation même du document. Bien qu’il n’y ait eu aucune critique sur le bien-fondé des objectifs de ce plan et sur les domaines prioritaires de recherche qui y sont exposés, on s’est dit perplexes, parmi les membres, devant la formulation du texte, à mi-chemin entre le plan stratégique et la demande de subvention. Le Plan stratégique de recherche sera revu et corrigé, mais les membres de la Commission des études en ont adopté le contenu afin que le Collège puisse aller de l’avant avec le financement de la recherche.

Bien que le climat de travail à la Commission des études soit convivial, il apparaît que plusieurs professeurs ne sont pas satisfaits de certains aspects de son fonctionnement (délais trop courts, absence de discussions), ainsi que de la qualité de quelques-uns des documents présentés. Le 18 mai dernier, lors de la réunion de la Commission des études, ces critiques ont été transmises à l’équipe de la direction des études qui était présente. Tout en reconnaissant ces problèmes, d’autres professeurs ont cependant ajouté qu’il était aussi de la responsabilité des membres de veiller à ce que la Commission des études remplisse bien son rôle. À cet égard, le syndicat entend continuer à inviter les professeurs à des rencontres pré-CE qui permettent de mieux préparer les points à l’ordre du jour.

Laisser un commentaire