Commission des études

COMMISSION DES ÉTUDES DU 8 OCTOBRE 2014

Lors de la dernière réunion de la commission, deux discussions ont été amorcées en vue de la rédaction ou de la réécriture de deux documents. D’abord, les échanges ont porté sur une procédure en cas de plainte de la part d’un étudiant ou concernant un étudiant. Les interventions des membres ont permis de clarifier certains éléments du projet qui a été présenté par la DÉ. Il est apparu nécessaire, entre autres, de s’assurer d’une harmonisation avec les règlements et politiques en vigueur, soit le Règlement intérieur relatif aux règles de vie collégiale, la PIÉA et la Politique pour contrer le harcèlement. Une nouvelle version sera proposée lors d’une prochaine rencontre pour poursuivre la discussion et adopter, lorsque le document sera satisfaisant, cette nouvelle procédure. Au chapitre de l’intégration des étudiants en situation de handicap, le Collège s’était doté de balises d’encadrement. Invitée à présenter la situation du SAIDE, Danièle Malkassoff a parlé de la nécessité d’actualiser ce document avec l’objectif d’en arriver à une procédure claire. La nécessité ou non de se doter d’une politique institutionnelle a été abordée. Seuls deux collèges ont de tels documents. La réflexion reste à faire et le point sera à l’ordre du jour d’une prochaine CÉ. La CÉ du 8 octobre a également servi à adopter, dans leurs formes finales, le bilan des CÉ 2013-14 et le plan de travail de la CÉ 2014-15. Les membres ont aussi été informés de la composition des comités qui devront présenter leur bilan à la CÉ. Robert Payeur nous a également présenté des indicateurs de réussite, qui ont suscité quelques interrogations. En fin de réunion, au point varia, il a été question, à la demande d’un professeur, des horaires des étudiants, dont plusieurs s’étonnent qu’ils incluent parfois 9 heures de cours en ligne. Bien qu’il semble impossible légalement d’empêcher un étudiant de faire ce choix d’horaire, la directrice des études s’est dite ouverte à une réflexion qui pourrait amener une limite pour les étudiants en première session et pour ceux qui signent un contrat de réussite. La CÉ s’y penchera ultérieurement.

 

 

 

COMMISSION DES ÉTUDES DU 3 SEPTEMBRE

La première CÉ de l’année scolaire 2014-2015, animée par la directrice des études Carole Lavallée, s’est tenue le 3 septembre. Après avoir reçu le bilan de l’année dernière, les membres ont pris connaissance du plan de travail proposé par l’équipe de Mme Lavallée, à laquelle se sont ajoutés David Pilon comme adjoint et Olga Weyhaeghe, qui épaulera Marc Deschênes.

Certains objectifs de 2013-2014 se retrouvent à l’ordre du jour cette année encore, entre autres la question de l’encadrement des étudiantes et étudiants en situation de handicap (EESH). Les balises locales seront revues et nous devrons réfléchir à une éventuelle politique. Les membres travailleront par ailleurs à l’élaboration ou à la révision de politiques institutionnelles : gestion des programmes (comité à former), utilisation des réseaux sociaux, gestion des plaintes et emprunts à la bibliothèque. Divers comités feront des suivis à la CÉ : comité d’internationalisation de la formation, comité de valorisation de la langue et comité de recherche-création. La direction des études souhaite en outre former un comité de la formation générale dont le mandat reste à définir, mais on peut souhaiter qu’il se penche sur la menace qui pèse sur ce pan de la formation collégiale suite à certaines sorties médiatiques. Il faut rappeler qu’en raison de la faillite du CIREPE (firme dont nous utilisions les outils), notre programme d’évaluation des enseignements doit être revu. La CÉ s’y penchera. À cela s’ajouteront les tâches habituelles de la CÉ : adoption de calendriers, de modifications à des grilles de cours et de devis d’évaluation de programme, mais aussi suivi des projets de réussite.

De plus, en cette année de renouvellement du plan stratégique, la CÉ sera consultée à ce sujet. Les professeurs membres de la CÉ surveilleront enfin l’amorce du processus d’auto-évaluation des mécanismes d’assurance-qualité. Rappelons que ce processus est déjà avancé dans certains collèges, ce qui a amené le regroupement cégep de la FNEEQ à se doter d’un plan d’action qui suppose que les professeurs se dissocient des processus. Une demande de table sectorielle, en vue des prochaines négos, dénonce l’idée même d’un processus externe mené par la Commission d’évaluation de l’enseignement collégial, en affirmant que les départements devraient être les maîtres d’œuvre de l’évaluation de la qualité de l’enseignement.

Le plan de travail soumis aux membres, après questions et discussions, a été légèrement modifié et sera adopté le 8 octobre, lors de la prochaine CÉ.